Comment faire face aux déchets indésirables dans l’hôtellerie ?

LES ACTUALITÉS ZÉRO DÉCHET

Comment faire face aux déchets indésirables dans l’hôtellerie ?

De nombreux objets sont souvent oubliés voire abandonnés dans les hôtels. Leur gestion peut représenter une réelle contrainte pour les hôteliers. Dans cet article, nous vous donnons quelques clés pour gérer au mieux ces déchets “indésirables”.

Parmi les objets retrouvés dans les chambres d’hôtels, on peut distinguer : 

  • les effets personnels oubliés (trousses de toilettes, valises, vêtements de prix, etc.) : Ces objets étant souvent revendiqués par leur propriétaire après son départ, l’hôtel doit veiller à les conserver un certain temps (en principe trois ans).
  • les objets abandonnés : La plupart peuvent être réemployés ou donnés et ainsi éviter la poubelle grise (livres, chargeurs de téléphone, etc.). Toutefois, certains déchets nécessitent une vigilance particulière. C’est notamment le cas pour les bonbonnes de protoxyde d’azote ou encore les seringues.

Les bonbonnes de protoxyde d’azote

Il arrive fréquemment que les employés de ménage retrouvent des bonbonnes de protoxyde d’azote abandonnées dans les chambres d’hôtels. L’inhalation du gaz hilarant contenu dans ces bonbonnes est, en effet, une pratique de plus en plus courante.

Ces bonbonnes doivent faire l’objet d’un traitement ou d’une évacuation spécifique. Dès lors, il est donc interdit de les jeter dans les poubelles de tri. C’est pourquoi, elles doivent être apportées en déchetterie ou dans une filière spécialisée qui sera à même d’en assurer le bon traitement.

Les seringues

Les seringues usagées sont des déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI) et ne doivent pas être jetées dans les poubelles de tri. Par conséquent, elles doivent être mises dans une boîte DASRI obtenue en pharmacie. Puis, elles doivent être apportées en pharmacie ou certaines déchetteries.

Les effets personnels oubliés

L’oubli d’effets personnels, notamment des vêtements ou valises, est particulièrement fréquent dans les hôtels. Conformément à la réglementation, l’établissement ne peut pas s’en séparer directement mais doit les conserver pendant trois ans (article 2276 du Code civil). Passé ce délai, si le propriétaire ne s’est pas manifesté, nous vous recommandons d’en faire don à une association caritative.

Les encombrants

L’abandon d’objets sur les parkings d’hôtels, bien que réprimé par la loi, est malheureusement courant. Ces emcombrants doivent être amenés en déchetterie ou confiés à un éco-organisme si ils relèvent d’une filière REP, qui se chargera de leur collecte et de leur valorisation.

Par ailleurs, ces dépôts sauvages doivent être signalés à la mairie ou la police municipale afin de permettre la poursuite de la personne responsable [1].

Notez-le : Le dépôt sauvage constitue une contravention de 5e classe punie d’une amende pouvant aller jusqu’à 1 500 euros (3 000 euros en cas de récidive)[2].

Pour limiter le risque de dépôts sauvages, nous vous invitons : 

  • d’une part, à bien rentrer les poubelles en local poubelles ;
  • d’autre part, à faire de la prévention notamment par la mise en place d’un affichage rappelant la réglementation contre le dépôt sauvage ainsi que le fonctionnement des encombrants sur la commune.

Utilisation non-conforme des contenants de collecte

Des clients peuvent déposer leurs déchets personnels dans les poubelles de tri de l’hôtel, ce qui peut entraîner une majoration pour l’établissement afin de financer le traitement des déchets non-recyclables. L’impact financier dépend alors de la nature des déchets et des volumes concernés.

 ℹ Notez-le : À partir d’un certain seuil de déchets indésirables, le prestataire peut décider de déclasser tous les déchets collectés si le temps passé à les trier dépasse le coût de leur valorisation.

Vous avez besoin d'un accompagnement sur la gestion de vos déchets ? Take a waste peut vous aider !

Laisser un commentaire