Que deviennent les déchets ?

LES ACTUALITÉS ZÉRO DÉCHET

Que deviennent les déchets ?

Chaque jour nous produisons une quantité non négligeable de déchets et nous serions bien en peine d’expliquer clairement ce qu’ils deviennent après leur collecte… Les différentes étapes de fin de vie, méconnues ou mal comprises, sont la source de nombreuses idées reçues (et fausses) sur le traitement des déchets. 

Afin d’y remédier, un décryptage de la fin de vie des objets s’impose ! 

  

1/ Les différentes étapes de la gestion des déchets  

Le circuit des déchets comprend 4 étapes principales : le tri à la source, la collecte, la massification et le traitement.  

  • Le tri à la source est effectué par les usagers : chaque déchet est jeté dans une poubelle qui lui est propre ; 
  • La collecte est effectuée par un prestataire dédié public ou privé : les déchets sont acheminés par un camion (ou autre véhicule de collecte) vers des centres de massifications. Les collectes sélectives les plus courantes concernent les 5 flux : papier/carton, métal, plastique, verre et bois ; 
  • Les centres de massification des déchets peuvent être de différentes natures :  
    • Des quais de transfert : installations dédiées aux déchets ménagers afin d’être regroupés pour leur transfert vers des centres de traitements ;
    • Les centres de tri :  installations dans lesquelles les déchets sont séparés par matière et stockés avant d’être recyclés (voir partie 2 de l’article) ; 
    • Les centres de regroupements : installations dans lesquelles les déchets sont triés plus précisément, puis reconditionnés ou déconditionnés et stocké avant d’être recyclés ; 
  • L’exutoire de traitement varie selon la nature du déchet : ce dernier peut être détruit (incinéré ou enfoui) ou revalorisé (recyclé). 

2/ Le tri post collecte

 

Le tri des déchets après leur collecte dépend du tri qui a été fait à la source :  

  • Soit le tri à la source est mono-matériau (cartons, papiers, verre, etc.) : le tri post-collecte est alors simplifié et s’apparente à un contrôle qualité ;   
  • Soit le tri à la source est multi-matériau (emballages, déchets d’activité économique en mélange) : le tri post-collecte est alors plus complexe et consiste à séparer entre elles les différentes fractions matières.  

1. Tri mono matériau

Le tri mono-matériau, correspondant à un tri par matière effectué à la source, est le meilleur du point environnemental, puisqu’il évite par définition un tri ultérieur (consommateur d’énergie et générateur de refus de tri). En revanche, ce niveau de tri n’est pas adapté à toutes les configurations d’entreprise puisque :  

  • Les consignes de tri sont plus strictes, donc à la fois différentes des consignes du tri « à la maison », peut-être plus difficiles à respecter pour les salarié.es, mais aussi excluantes (pour certains déchets comme les plastiques souples par exemple) ;  
  • Les poubelles prennent plus de place ; 
  • Le coût total, rapporté à la quantité de déchets produits, est en général bien supérieur à celui d’un tri multi-matériaux.   

Lors du tri mono-matériau, les déchets doivent passer un contrôle qualité. Puis, selon les besoins de la filière, les déchets feront l’objet d’un sur-tri : le verre par exemple, peut être trié à nouveau par couleurs et type d’affinage avant d’intégrer une usine de recyclage du calcin. 

Parmi les déchets triés en mono-matériau, les plus courants sont le carton, le papier, le verre, les piles, les ampoules, etc.

2. Tri multi-matériaux  

Lors du tri multi-matériaux, les produits usagés composés de plusieurs matériaux doivent être séparé individuellement.  

L’exemple le plus parlant reste celui du bac jaune : les emballages (bouteilles, flacons, films plastique, canettes et autres emballages alu, cartonnettes d’emballage) et les papiers sont collectés ensemble pour des raisons techniques et économiques. Ils seront ensuite séparés par matériau pour rejoindre une unité de recyclage.
Plusieurs procédés vont être utilisés : une première étape de pré-tri manuelle devra être effectuée, avant d’être suivi d’un tri mécanique puis d’un tri optique. Découvrez dans cette vidéo et ce synoptique des illustrations détaillées du processus de tri du bac jaune. 

Le tri multi-matériaux existe pour d’autres flux de déchets que les emballages. Par exemple, les bennes DAE (Déchets d’Activité Economique), communément appelé benne « tout venant », recueillent une variété de déchets (bois, cartons, métaux, etc). Ils sont triés selon un procédé de tri mécanique dont, en général, seuls le métal et le bois en seront extrait pour être revalorisé.  

 

3/ Le traitement des déchets

1. Les déchets résiduels  

 

Les déchets résiduels sont envoyés directement en incinération ou enfouissement.
Ces exutoires de traitement représentent la pire fin de vie pour les déchets : ils détruisent des matières réutilisables et génèrent un impact négatif sur l’environnement. Il est donc conseillé de réduire autant que possible les déchets de la poubelle grise.   

2. Le recyclage des déchets triés  

Flux de déchetIndustrie approvisionnée Processus de recyclage
Emballages (bouteilles et autres emballages plastiques, canettes et autres emballages métalliques, cartonnettes d'emballage) Plasturgie (le recyclage approvisionne 14,5% de l’industrie) : Emballages (bouteille), textiles (rembourrage de couette), objets du quotidien (stylo)



Métallurgie : emballage (conserve)



Papeterie : papier, cartons
Selon le procédé du recyclage PET :

Broyage du plastique en paillettes
Nettoyage des paillettes et séparation avec d’autres constituants (bouchons, étiquettes, etc)
Purification des paillettes par tri optique
Extrusion : fonte des paillettes à 280°C
Purification des paillettes par polycondensation (à l’échelle moléculaire)
Rendu de granulé PET
Papiers et cartons Papeterie (le recyclage approvisionne 71% de l’industrie) : cartonnettes et emballages (boite de chaussure), papiers Les processus sont identiques pour le papier et le carton:

Transformation des fibres en une pâte à papier

Épuration de la pâte dans une cuve remplie d’eau : pulpage et désencrage

Reconditionnement sous la forme de bobines
VerreVerrerie (le recyclage approvisionne 61% de l’industrie) : Emballage (bouteille ou bocal) Broyage de débris de verre avec du sable, de la soude et de la chaux : obtention du calcin

Fusion du calsin à plus de 1500°C pour reconstituer un nouvel objet
BoisScierie : Papiers, cartons, palettes, paillage



Industrie panneautière: panneaux de particules



Industrie de l’ameublement



Chaufferie
Concassage du bois : redécoupe du bois en vrac

Broyage et affinage

Le bâchage et le déferraillage : stockage provisoire des débris de bois broyés dans des conteneurs dédiés et élimination des résidus en fer contenus dans le bois

Copeaux de bois
HuilesTransport : biodiesel



Chaufferie : biocombustibles
Filtrage pour enlever les impuretés et l’eau

Ajout de nouveaux composants : méthanol ou l’hydroxyde de sodium

Séparation des huiles et des graisses
BiodéchetsIndustrie agricole : fertilisant agricole (humus issu du compost)



Transport ou chauffage : biométhane
Il y a 2 processus possibles – Soit le compostage :

Tri

Broyage

Fermentation et maturation pendant plusieurs mois



Soit la méthanisation :

Tri

Brassage

Biodigestion dans un méthaniseur : les déchets sont mélangés et chauffés à environ 37°C dans un environnement privé d’oxygène

Laisser un commentaire